LES ÉTABLISSEMENTS PHONOGRAPHIQUES DE L’EST

LES ÉTABLISSEMENTS PHONOGRAPHIQUES DE L’EST

Un lieu underground contemporain de la 1ère guerre du Golfe et qui aura duré le temps d’un second septennat pour François Mitterrand.

de Yves-Marie Mahé (documentaire / 64’ / France / 2017)

EPE (VHS)EPE (Whitehouse)

De 1988 à 1994, dans le quartier Est de Paris, alors exsangue, du Père-Lachaise, un lieu pluridisciplinaire a accueilli le fleuron d’une scène artistique internationale expérimentale, radicale, industrielle, noise, avant-punk… Disquaire, durant la journée, à l’étage, les EPE accueillaient la nuit dans sa cave, des concerts, performances, projections d’art video et de cinéma expérimental, lectures, atelier bondage, salon des fanzines… Au croisement de la fin des 80’s et de la naissance des 90’s, les EPE ont connu la fin de la musique industrielle et la naissance d’une scène avant-punk toujours extrêmement influente.

Avec les témoignages des fondateurs des EPE, Nicolas et Christophe Willmann, Ruelgo du « Syndicat », le disquaire Yann Richard, le performeur Jean-Louis Costes, le cofondateur de « L’Abominable » Emmanuel Carquille, Jean-Yves Leloup & Erwan Huon d’ »A Bao A Qou », Patrice Herr Sang du label « New Wave », Lionel Fernandez & Erik Minkkinen de « Sister Iodine », Denis Chevalier de la revue  « L’armateur », l’artiste contemporain Éric Pougeau, Andy Moor de « The Ex » & les concerts et performances de Die Form, Bernard Heidsieck, Algebra Suicide, Alto Bruit, Sister Iodine, Flaming Demonics, Whitehouse, Terrie Ex, Tom Cora, Keiji Haino, Merzbow & Dog Faced Hermans…

Le film est construit à partir d’images d’archives en vidéo 8 et d’entretiens audio récents. Ce documentaire est le croisement entre la pratique d’autoproduction d’Yves-Marie Mahé en tant que cinéaste (80 courts-métrages de « found footage ») et son travail documentaire pour France Culture et Arte Radio (« Le service de la recherche de l’ORTF », « L’underground musical français post-68 et pré-punk », « Jean-Pierre Bouyxou, de la pisse dans le bénitier », « La musique industrielle à Bordeaux dans les 80’s », « Le son chez Hitchcock »…). Commencé en autoproduction, le documentaire a obtenu l’aide à la post production de Light Cone (atelier 105) financé par la région ile-de-France pour Novembre prochain. Il s’agit donc de la version pré post prod (si l’on peut dire…).