Musique

LA PROGRAMMATION 2017 EST EN CONSTRUCTION….

∇ METAL KING

(anti-cinéconcert / Grenoble)

METALKING2.png

VOIR & ECOUTER METALKING

L’un joue du projecteur comme l’autre joue de la bass pour un cinéma ayant des hallucinations de bruit d’énergie élevées ! Une exécution de MetalkinG est une affaire concentrée et intense : équipé d’une guitare basse et d’un couple d’ordures électroniques, Bronson improvise un japanoise rapide et fort. Les méthodes de travail de Riojim sont aussi crûment pertinentes que celles de Bronson : il applique le traitement grave au projecteur, le jeu avec le film et le bruit-sur-film optique développés dans les Atelier MTK (www.filmlabs.org)

Bronson indique “Je ne fais vraiment pas la musique pour le film. Nous ne faisons pas le film pour la musique, nous explorons la relation entre le bruit et l’image comme expérience de collaboration” – aussi souvent dirigée à la subversion des espérances que dans l’affirmation et la joie de la musique-fabrication collective.

L’observation d’une exécution de MetalkinG indique la vérité de cela. Être au milieu des assistances est une image visuelle forte pour le sens de MetalkinG de l’événement et le sens de la communauté.

Le bruit, l’image, et tous de l’assistance la réponse à l’exécution s’entrelacent. Avec leur dévotion à l’improvisation et à créer chaque exécution à nouveau, MetalkinG a cassé la configuration dans laquelle la musique est dans la servitude à filmer ou le versa-vice.

∇ ARNAUD RIVIERE / E-DRUMMING IS NOT A CRIME

(solo de batterie électronique tout terrain / Paris )

arnaud

VOIR & ECOUTER ARNAUD

On croise habituellement Arnaud Rivière avec un dispositif électroacoustique primitif dans des contextes qui vont de du solo d’impro sans filet à l’orchestre à trente qui tente le coup du répertoire en passant par des dance-floors en pente et des scènes tout simplement rock, un peu partout en Europe et ailleurs. Avec cette autre instrumentation, une batterie électronique customisée-très-mobile, il joue une musique dense et frontale, souvent saturée … parfois cinglante !

∇ LARV-R

(abstract electronica / Mars)

Les disques du vélo / Autonoise / Bruicollage

liveasile-404-09

VOIR & ECOUTER LARV-R

Live improvisé entre ambient, drone, noise, collage & abstract electronica. Composé de walkmans, de gadgets sonores, et de diverses pédales plus ou moins cotées à l’argus, le dispositif est conçu pour la manipulation, la trituration, le pétrissage des sons.             Aléas. Cut-ups. Répétitions. Erreurs. Clusters. Hasard. Chaos.

Le 14/10/16 à l’Embobineuse

∇ DATAMIX

 (Bruits & chansons venus d’ailleurs)

La médiathèque sonore Data sortira ses disques et ses mp3 chez Videodrome2, pour livrer une sélection aiguisée de “bruits & chansons venus d’ailleurs” en écho au film “L’Aiguille” de Rachid Nougmanov.

15/10 / Videodrome2 / 22h

——————————————————————-

∇ HEDOROMERUHEN

(experimental noise folk/JP)

HEBDOBERUMEN.jpg

Duo d’expérimental noise folk, HEDOROMERUHEN (Hedoro = la vase, la fange, Meruhen = le conte de fées), est formé de Yasutoshi Yoshida (aka Government Alpha, HarshNoise) et Daisuke Ichiba, peintre (Bijin-ga / «peintures de belle personne»), photographe et musicien. Le travail graphique de Daisuke Ichiba a été présenté en France par Le Dernier Cri.

Hedoromeruhen est la sédimentation totale du non-sens, de l’inconscient, de la dilatation du temps… Une performance qui vous entrainera de Tokyo au Caire. Le sens des mots s’évanouit, la masse du bruit superflue émerge par nécessité et crée un espace sonore triste et nostalgique.

ECOUTER HEDOROMERUHEN

 

∇ BAKA BANDO

(noise & live drawings / JP vs Mars)

 bakabando.jpeg

Quand les excentricités et la fureur japonaise rencontrent celles de la planète Mars, ça donne le BAKA BANDO, composé d’HIKO en batteur fou, PAKITO BOLINO en guitariste acharné, CRAOMAN et JU RICTUS en illustrateurs sonores minutieux. Batteur de Gauze (groupe hardcore punk japonais formé en 1981). Hiko continue de frapper les fûts sous l’étendard de la performance hardcore accompagnant qui bon lui semble, “Tout dans la ville, tant que ce n’est pas un groupe” dit-il. On l’a vu se produire dans les gaz d’échappement d’une bande de bikers, sur un camion de propagande sillonnant les rues de Tokyo, avec un karateka frappant un sac de sable, avec une danseuse strip-teaseuse pratiquant le shibari et la suspension, etc.

Le 19/10/16 à l’Embobineuse